6 Dans LIFESTYLE/

PARTIR ET REVENIR. TOUT SUR NOTRE DÉMÉNAGEMENT AVEC NEXTORIES.

Je n’en reviens toujours pas. De nouveau ici à vous écrire sur mon blog que j’avais à contre coeur mis de de côté faute de temps. De nouveau chez moi, en Auvergne.  Il y a quasiment trois ans jour pour jour je quittais TOUT pour rejoindre Quentin que je ne connaissais que depuis quelques mois. Mais je n’étais pas seule car mon premier bébé s’était déjà niché au creux de moi, notre petit bébé cinq mois seulement après notre rencontre sur le plus gros paquebot du monde. Quelle histoire. C’était si fou que parfois j’ai l’impression que c’était qu’un rêve. Tout est allé si vite.  Je vous la raconte dans cet article > Tout quitter par amour , mais aussi dans l’épisode 104 de Bliss Stories (dispo sur Spotify & Cie) . Il y a trois ans je quittais mon Auvergne et ma vie que j’aimais tant pour la promesse d’une autre vie, pour l’homme de ma vie. Conquérante et sûre de moi avec cette petite graine qui poussait en moi. J’étais à ce moment là remplie d’adrénaline, je n’avais aucun doute, je savais que que c’était mon destin et j’ai décidé de m’écouter. J’ai foncé comme jamais. Vente de l’appartement, déménagement solo en peu de temps, voyage à L.A entre copine pour réfléchir et respirer, achat de ma première voiture, et départ pour une maison que je n’avais jamais visité à 600 km de chez moi, rencontrer ma belle famille et déjà leur annoncer qu’on allait avoir un bébé, ce fût INTENSE ! Vous dire que cela a été simple serait vous mentir, quitter une vie que j’adorais , les gens que j’aimais, ma ville, n’a pas été anodin mais à ce moment là je pensais gérer. C’était ma décision. Une seule chose comptait : rejoindre mon âme soeur. La suite pour beaucoup ici vous la connaissez, nous avons vécu notre lune de miel au rythme de mon ventre qui s’arrondissait. Amoureuse comme jamais mais seule malgré tout. Extrêmement seule, et je n’avais jamais connu ça.  C’était loin des projections que je me faisais quand je m’imaginais enceinte et tous les moments associés. Cela n’a donc pas été évidement de devenir maman loin de ma terre et de mes repères, alors quand ma petite fille est née elle est devenue mon nouveau monde tout entier. Comme toute les mamans je présume mais je n’avais désormais qu’elle. Quentin s’est transformé lui aussi en super Papa mais il travaillait beaucoup, moi je bossais à la maison solo avec elle, dur de faire des rencontres, dur de trouver mon équilibre. Heureusement Léon était là pour me balader un peu. Il se trouve que je suis un peu du genre « sauvage » ce qui n’a pas facilité mon arrivée dans cette nouvelle région.

Plus j’étais seule moins je supportais de ne plus l’être.

Mes amies sont venues me voir quelque fois, je faisais quelques aller/retour à Clermont pour prendre ma dose mais ce n’était pas forcément évident, je n’avais plus de maison là bas je n’étais plus à l’aise à l’idée d’aller dormir dans ma chambre de jeune fille avec mon bébé sous le bras, je ne me sentais plus libre nul part.  Je n’avais pas le temps de voir tout ceux que j’aurai aimé voir, et je rentrais toujours plus triste avec la sensation que je quittais une fois de plus ma maison. Mon Auvergne. Et pourtant jamais il m’était venu à l’esprit d’en parler à Quentin. De lui parler d’un éventuel retour.

Pour lui j’étais venue, pour lui je resterai.

Je ne m’imaginais pas une seconde lui imposer de me suivre alors que j’avais tout quitté pour le retrouver, cela n’avait pas de sens pour moi. Voilà ce que je me disais sans me rendre compte que je m’éteignais petit à petit sans que personne ne me voit. Mal être invisible. Sans que personne ne veuille le voir. Mais lui l’a vu et petit à petit le chemin d’un éventuel changement s’est fait dans sa tête. Je me sentais emprisonnée dans une vie qui ne ressemblait en aucun point à celle que j’avais avant et je culpabilisais de ressentir ça alors que j’avais cette chance d’avoir rencontré l’homme de ma vie et fait avec lui deux merveilleux enfants. Et puis 4 mois et demi après la naissance de Mona je suis de nouveau tombée enceinte. Cela fera l’objet je pense d’un autre article, il y a tant à dire sur le sujet … C’était complètement fou pour nous, c’était à la fois beau et dingue mais je savais que ça allait me plonger dans un énorme tourbillon et que je n’aurai plus le temps de rien. Je n’avais pas encore sorti la tête de l’eau que déjà je devais me replonger dedans. Deux enfants de 14 mois d’écart sans relai mis à part celui de Quentin quand il rentrait le soir du travail. Il a été génial à prendre un 80% durant 6 mois quand Mona est née, j’ai pu plus me reposer sur lui surtout à l’annonce de ma seconde grossesse, et puis est venu ensuite le premier confinement qui a plutôt etait super pour nous car cela nous a permis de rester tous les 3 plus souvent.  Notre petit garçon est né à cette période si particulière ce qui nous a encore plus isolé dans notre parentalité. Cette fusion nous convenait mais ce manque d’interactions étaient assez pesant.  Et au milieu de tout ça j’ai continué de travailler comme je le pouvais, gérer ma petite entreprise que j’avais du mal à trouver légitime tellement j’étais seule à ce moment là.  Avec du recul je crois que j’ai carrément frôlé la dépression. J’étais au bord du burn-out, je n’ai pas eu de temps pour vivre mon second post-partum , les débuts ont été difficile et pourtant j’étais remplie d’un bonheur immense d’avoir cette famille dont j’avais toujours rêvé.  J’étais dans cette ambivalence permanente sans me donner le droit de réellement ressentir émotions pour montrer que je tenais le cap, que si j’étais là c’est parce que je l’avais voulu. Et puis j’ai fini par comprendre qu’on était quand même deux dans cette histoire que ok j’avais décidé de partir mais que ce n’était pas une fin en soi et que les choses pouvaient bouger même si c’était pas ce qu’on avait prévu initialement. Après notre premier été tous les 4 à Clermont en 2020, Quentin a eu une sorte de déclic. Il a eu accès à cette vie différente que l’on pouvait avoir pour notre équilibre de couple et les enfants. Plus de possibilités de sorties, plus d’interactions, plus de vie, et un environnement dans lequel il arrivait à se projeter et surtout il m’a vu épanouie. Heureuse et épanouie d’être ici avec lui.

Nous en avons beaucoup parlé et j’avais même du mal à y croire, ça me paraissait fou qu’à son tour il soit prêt à changer de vie pour moi. Je ressentais de la culpabilité qu’il quitte tout à son tour mais pour le lui le véritable sacrifice c’était de me voir malheureuse et j’ai trouvé ça beau. Ma moitié. Néanmoins cela m’a vraiment fait de la peine qu’il doive quitter son travail si singulier qui le passionnait, là où tout a commencé pour nous. La vie et ces choix.  Les discussions sérieuses ont débutés début 2021, il fallait avancer mais par quoi commencer ? On avait peur d’en parler à nos familles respectives, peur de faire de la peine, on osait pas se lancer. Et c’est fin février que les choses ont commencé à bouger, on regardait les annonces, on était prêt. Je dis bien « on » car ce changement m’a énormément fait peur. Revenir après avoir tout quitté dont une relation de 9 ans, revenir en étant Maman auprès de ma famille, est-ce que j’allais réussir à m’affirmer ? Est-ce que j’allais réussir à être une bonne maman dans ce nouvel environnement, Est-ce que Quentin allait être heureux ici, m’aimerait-il encore, … tant de question sans réponse possible avant de le vivre. Nous nous sommes partagé le dossier en deux, moi je cherchais la maison idéale (en location dans un premier temps) et un mode de garde pour nos enfants et lui recherchait un nouveau travail. Pour ma part je trouvais ça beaucoup plus simple d’avoir la maison en premier, car postuler à des offres à 600km quand on ne connait pas la région c’est assez difficile. Mais c’était je pense plus facile pour lui et se projeter dans cette nouvelle vie en se disant qu’il partait pour autre chose. Pas évident de démissionner sans rien derrière c’est assez vertigineux. Mon rôle à ce moment là a été de le rassurer et croire en lui, je savais que son profil était génial.

C’est en mars que nous avons trouvé notre location idéale, nous avions demandé à ma mère de visiter pour nous, encore une fois on a fait le pari de signer avant de visiter mais c’était une belle opportunité surtout avec notre dossier, sur le papier ça peut faire peur : auto-entrepreneur + recherche d’emploi + 2 enfants + 1 chien.  Une fois que tout a été acté il a fallu penser au déménagement et toute la logistique derrière et là j’avoue que j’ai pris peur. Je n’en avais pas du tout parler sur les réseaux c’était notre gros secret à ce moment là et c’était hyper frustrant de pas pouvoir échanger sur le sujet.  Mais c’était sans compter sur le mail de Nextories qui avait dû par miracle entendre ma détresse .

Je dois absolument de vous en parler car cela m’a été d’une très grande aide dans l’organisation de notre déménagement car je me suis vite sentie débordée et perdue avec les différentes demandes de devis chez les déménageurs avec des prix qui variaient du simple au double en fonction des entreprises. Etant donné que nous étions à l’autre bout de la France avec nos deux enfants et Quentin qui travaillait encore jusqu’au jour du déménagement il était impossible de nous organiser tout seul. C’est un investissement mais nous n’avions pas d’autres choix à ce moment là. Pour l’histoire, Nextories a été fondé en 2011 Julien Bardet et Ludovic Auberger, il s’agit de la première plateforme française de réservation de déménageurs professionnels. Leur mission est d’accompagner ce changement de manière plus sereine en proposant un accompagnement gratuit et sans engagement tout au long de l’organisation du déménagement. Une belle promesse non ? Mais en quoi cela consiste réellement, et bien c’est simple, l’idée étant que Nextories fasse le gros du job à notre place en sélectionnant les déménageurs professionnels certifiés en fonction de notre projet.  Je vous qu’au début je trouvais ça trop beau pour être vrai mais quand j’ai découvert les différents avis client de cette plateforme sur Trustpilot je n’ai pas hésité longtemps à me tourner vers eux et leur expertise dans ce grand changement.

Alors concrètement comment ça se passe ?  Dans un premier temps via la plateforme on évalue notre besoin : adresse de départ, adresse d’arrivée, surface, date souhaité … ensuite un expert Nextories est attribué à chaque utilisateur. Il réalise une étude
technique complète en effectuant un inventaire à distance, par visioconférence ou téléphone. Ils sont super pro et j’ai été très surprise de la rapidité de ce visio avec l’expert (Merci Anthony !), tout était très clair et j’étais rassurée de faire une visite complète avec tous mes biens pour éviter les mauvaises surprise le jour J avec les déménageurs.  Une fois cette étape réalisée il n’y a plus qu’à attendre les différentes propositions de devis qui elles aussi arrivent très rapidement via la plateforme. Les devis sont proposés après un appel d’offre que fait Nextories pour mettre en concurrence les déménageurs professionnels aptes à répondre à notre besoin. Ils ont 250 déménageurs partenaires donc les offres sont très variées et c’est aussi ça que j’ai apprécié. On a aussi accès de manière transparente aux notes des déménageurs, les avis, les assurances qu’ils proposent, bref c’est très complet et c’est un gain de temps énorme et une sécurité quand on sait ce que cela représente comme investissement personnel, financier mais aussi émotionnel de déménager. Pour ma part les 3 entreprises de déménagements avaient des prix assez équivalents sur les formules donc j’ai choisi en fonction des avis clients mais aussi sous les conseils de mon expert Nextories. C’est une fois que j’ai sélectionné l’entreprise que celle-ci a eu mon dossier entre les mains et qu’elle est devenue mon contact principal pour la suite. Mais Nextories m’a suivi jusqu’à la fin de mon déménagement et c’était d’ailleurs très rassurant de les avoir. Ils ont été super et très réactif suite à une déconvenue que nous avons eu avec les déménageurs suite à une casse. J’ai pu recevoir de leur part des conseils sur la marche à suivre pour obtenir un remboursement dans les meilleurs délais. Le jour où on prévoit de déménager de nouveau je n’hésiterai pas à faire appel une fois de plus à leur service qui je le rappel est gratuit. Bon par contre là je suis vaccinée sur le sujet c’était tellement intense avec les enfants, quelle horreur tout ces cartons ! Même si j’ai très très envie qu’on devienne propriétaires je crois qu’on va attendre et se poser un peu.

1-  Numéroter les cartons et reportez-les sur une liste avec tout ce que vous mettez à l’intérieur en détaillant au max, vraiment trop pratique si vous cherchez quelque chose que vous avez déjà emballé ou si à l’arrivée vous voulez ouvrir les cartons en fonction de ce qu’il y a dedans (Ex : Carton 1 : dvd, chargeur, album photos, jeux de société, …)
2- Notez aussi la pièce dans lequel ira le carton sur le carton, cela permet de faciliter votre travail ou celui des déménageurs en gagnant du temps à disposer les cartons directement dans les bonnes pièces
3- Si vous avez des enfants qu’ils soient petits ou grands faites les cartons avec eux notamment leurs jouets et leurs affaires cela permet de les impliquer et leur expliquer qu’ils retrouveront tout ça dans la nouvelle maison
4- Si vous avez un animal faites en sorte qu’il ne soit pas là le jour du déménagement pour lui éviter un gros stress, les animaux sont assez sensible sur le sujet.
5- Profitez de cette occasion pour faire du tri, donner ou vendre ce que vous ne voulait pas transporter et stocker dans votre future maison
6- Acheter des grands cabats à fermeture éclair (dispo chez Ikea) pour le linge de lit, couette, oreillers, vraiment super pratique et hygiénique
7- Notez FRAGILE sur vos cartons qui le sont pour qu’ils soient manipulés avec plus de précaution
8 – Souffler, ca va aller ! Une fois sur place prenez le temps qu’il faut pour organiser votre cocon. Organisez-vous par priorité : genre les chambres des enfants et la cuisine, le reste suivra.

Et vous combien de déménagement à votre actif ?

Vous aimerez aussi

6 Commentaires

  • Reply
    Emilie
    12 octobre 2021 at 17 h 57 min

    hello Ninon, je suis contente que tu te sois retrouvée. pour être tout à fait honnête, je ne vois pas pourquoi tu qualifies ton mal être d’invisible et même je trouve ça dingue que ton chéri ne l’ait pas vu sachant que moi qui te suivait depuis le voyage à LA avec Floriane, j’ai justement arrêté de te suivre à cause de ce mal être. Malgré la beauté de tes photos, je ne voyais plus que ça. Donc non il n’était pas invisible, bien au contraire. Je me suis désabonnée de ton compte insta quand je n’ai plus entendu que de la déprime et de la tristesse. Comme nous ne nous connaissons pas, j’avais du mal je l’admets. Je suis très contente que vous vous soyez enfin compris même si ça me surprend énormément que ça ait pris autant de temps.
    Je te souhaite un tas de belles choses, et de l’épanouissement, à Clermont ou ailleurs.

    • Reply
      Dis Oui Ninon
      3 novembre 2021 at 19 h 49 min

      Bonjour Emilie, merci d’avoir pris le temps d’écrire ici même si je trouve ton commentaire assez dur. J’ai toujours partagé ma vraie vie et mes émotions et comme tout le monde je suis passée par des phases difficile mais tout aussi heureuse car je ne suis pas partie de l’Auvergne pour rien. Désolée de ne pas avoir fait semblant juste pour être plus fun ou intéressante. On ne change pas de région comme ça, il y avait tout un tas de choses à prendre en compte, je ne suis plus seule. Merci je te souhaite également plein de belles choses.

  • Reply
    Elise
    6 octobre 2021 at 9 h 03 min

    Très chouette article qui m’a fait verser quelques larmes…! Heureuse pour vous que vous ayez pu retrouver « votre » Auvergne et que chacun y trouve son compte !

    • Reply
      Dis Oui Ninon
      3 novembre 2021 at 19 h 49 min

      Merci beaucoup d’avoir pris le temps de me lire <3

  • Reply
    Clo
    5 octobre 2021 at 22 h 45 min

    Magnifique article

    • Reply
      Dis Oui Ninon
      3 novembre 2021 at 19 h 50 min

      Merci beaucoup d’avoir pris le temps de me lire <3

    Laisser un commentaire